Click here to go to home page

Why U.S. occupation cannot transform Afghanistan or Iraq

In French

Nov 15, 2009

Just how powerful is the U.S. military today?

Why is the largest military machine on the planet unable to defeat the resistance in Afghanistan, in a war that has lasted longer than World War II or Vietnam?

Afghanistan ranks among the poorest and most underdeveloped countries in the world today. It has one of the shortest life expectancy rates, highest infant mortality rates and lowest rates of literacy.

The total U.S. military budget has more than doubled from the beginning of this war in 2001 to the $680 billion budget signed by President Barack Obama Oct. 28. The U.S. military budget today is larger than the military budgets of the rest of the world combined. The U.S. arsenal has the most advanced high-tech weapons.

The funds and troop commitment to Afghanistan have grown with every year of occupation. Last January another 20,000 troops were sent; now there is intense pressure on President Obama to add an additional 40,000 troops. But that is only the tip of the iceberg. More than three times as many forces are currently in Afghanistan when NATO forces and military contractors are counted.

Eight years ago, after an initial massive air bombardment and a quick, brutal invasion, every voice in the media was effusive with assurances that Afghanistan would be quickly transformed and modernized, and the women of Afghanistan liberated. There were assurances of schools, roads, potable water, health care, thriving industry and Western-style “democracy.” A new Marshall Plan was in store.

Was it only due to racist and callous disregard that none of this happened?

In Iraq, how could conditions be worse than during the 13 years of starvation sanctions the U.S. imposed after the 1991 war? Today more than a third of the population has died, is disabled, internally displaced and/or refugees. Fear, violence against women and sectarian divisions have shredded the fabric of society.

Previously a broad current in Pakistan looked to the West for development funds and modernization. Now they are embittered and outraged at U.S. arrogance after whole provinces were forcibly evacuated and bombarded in the hunt for Al Qaeda.

U.S. occupation forces are actually incapable of carrying out a modernization program. They are capable only of massive destruction, daily insults and atrocities. That is why the U.S. is unable to win “hearts and minds” in Afghanistan or Iraq. That is what fuels the resistance.

Today every effort meant to demonstrate the power and strength of U.S. imperialism instead confirms its growing weakness and its systemic inability to be a force for human progress on any level.

Collaborators and warlords

Part of U.S. imperialism’s problem is that its occupation forces are required to rely on the most corrupt, venal and discredited warlords. The only interest these competing military thugs have is in pocketing funds for reconstruction and development. Entire government ministries, their payrolls and their projects have been found to be total fiction. Billions allocated for schools, water and road construction have gone directly into the warlords’ pockets. Hundreds of news articles, congressional inquiries and U.N. reports have exposed just how all-pervasive corruption is.

In Iraq the U.S. occupation depends on the same type of corrupt collaborators. For example, a BBC investigation reported that $23 billion had been lost, stolen or “not properly accounted for” in Iraq. A U.S. gag order prevented discussion of the allegations. (June 10, 2008)

Part of the BBC search for the missing billions focused on Hazem Shalaan, who lived in London until he was appointed minister of defense in 2004. He and his associates siphoned an estimated $1.2 billion out of the Iraqi defense ministry.

But the deeper and more intractable problem is not the local corrupt collaborators. It is the very structure of the Pentagon and the U.S. government. It is a problem that Stanley McChrystal, the commanding general in Afghanistan, or President Obama cannot change or solve.

It is the problem of an imperialist military built solely to serve the profit system.

Contractor industrial complex

All U.S. aid, both military and what is labeled “civilian,” is funneled through thousands and thousands of contractors, subcontractors and sub-subcontractors. None of these U.S. corporate middlemen are even slightly interested in the development of Afghanistan or Iraq. Their only immediate aim is to turn a hefty superprofit as quickly as possible, with as much skim and double billing as possible. For a fee they will provide everything from hired guns, such as Blackwater mercenaries, to food service workers, mechanics, maintenance workers and long-distance truck drivers.

These hired hands also do jobs not connected to servicing the occupation. All reconstruction and infrastructure projects of water purification, sewage treatment, electrical generation, health clinics and road clearance are parceled out piecemeal. Whether these projects ever open or function properly is of little interest or concern. Billing is all that counts.

In past wars, most of these jobs were carried out by the U.S. military. The ratio of contractors to active-duty troops is now more than 1-to-1 in both Iraq and Afghanistan. During the Vietnam War it was 1-to-6.

In 2007 the Associated Press put the number in Iraq alone at 180,000: “The United States has assembled an imposing industrial army in Iraq that’s larger than its uniformed fighting force and is responsible for such a broad swath of responsibilities that the military might not be able to operate without its private-sector partners.” (Sept. 20, 2007)

The total was 190,000 by August 2008. (Christian Science Monitor, Aug. 18, 2008)

Some corporations have become synonymous with war profiteering, such as Halliburton, Bechtel and Blackwater in Iraq, and Louis Berger Group, BearingPoint and DynCorp International in Afghanistan.

Every part of the U.S. occupation has been contracted out at the highest rate of profit, with no coordination, no oversight, almost no public bids. Few of the desperately needed supplies reach the dislocated population traumatized by the occupation.

There are now so many pigs at the trough that U.S. forces are no longer able to carry out the broader policy objectives of the U.S. ruling class. The U.S military has even lost count, by tens of thousands, of the numbers of contractors, where they are or what they are doing—except being paid.

Losing count of the mercenaries

The danger of an empire becoming dependent on mercenary forces to fight unpopular wars has been understood since the days of the Roman Empire 2,000 years ago.

A bipartisan Congressional Commission on Wartime Contracting was created last year to examine government contracting for reconstruction, logistics and security operations and to recommend reforms. However, Michael Thibault, co-chair of the commission, explained at a Nov. 2 hearing that “there is no single source for a clear, complete and accurate picture of contractor numbers, locations, contracts and cost.” (AFP, Nov. 2)

“[Thibault said] the Pentagon in April counted about 160,000 contractors mainly in Iraq, Afghanistan and Kuwait, but Central Command recorded more than 242,000 contractors a month earlier.” The stunning difference of 82,000 contractors was based on very different counts in Afghanistan. The difference alone is far greater than the 60,000 U.S. troops in Afghanistan.

Thibault continued: “How can contractors be properly managed if we aren’t sure how many there are, where they are and what are they doing?” The lack of an accurate count “invites waste, fraud and abuse of taxpayer money and undermines the achievement of U.S. mission objectives.” The Nov. 2 Federal Times reported that Tibault also asked: “How can we assure taxpayers that they aren’t paying for ‘ghost’ employees?”

This has become an unsolvable contradiction in imperialist wars for profit, markets and imperialist domination. Bourgeois academics, think tanks and policy analysts are becoming increasingly concerned.

Thomas Friedman, syndicated columnist and multimillionaire who is deeply committed to the long-term interests of U.S. imperialism, describes the dangers of a “contractor-industrial-complex in Washington that has an economic interest in foreign expeditions.” (New York Times, Nov. 3)

Outsourcing war

Friedman hastens to explain that he is not against outsourcing. His concern is the pattern of outsourcing key tasks, with money and instructions changing hands multiple times in a foreign country. That only invites abuse and corruption. Friedman quoted Allison Stanger, author of “One Nation Under Contract: The Outsourcing of American Power and the Future of Foreign Policy,” who told him: “Contractors provide security for key personnel and sites, including our embassies; feed, clothe and house our troops; train army and police units; and even oversee other contractors. Without a multinational contractor force to fill the gap, we would need a draft to execute these twin interventions.”

That is the real reason for the contracted military forces. The Pentagon does not have enough soldiers, and they don’t have enough collaborators or “allies” to fight their wars.

According to the Congressional Research Service, contractors in 2009 account for 48 percent of the Department of Defense workforce in Iraq and 57 percent in Afghanistan. Thousands of other contractors work for corporate-funded “charities” and numerous government agencies. The U.S. State Department and the U.S. Agency for International Development make even more extensive use of them; 80 percent of the State Department budget is for contractors and grants.

Contractors are supposedly not combat troops, although almost 1,800 U.S. contractors have been killed since 9/11. (U.S. News & World Report, Oct. 30) Of course there are no records on the thousands of Afghans and Iraqis killed working for U.S. corporate contractors, or the many thousands of peoples from other oppressed nations who are shipped in to handle the most dangerous jobs.

Contracting is a way of hiding not only the casualties, but also the actual size of the U.S. occupation force. Fearful of domestic opposition, the government intentionally lists the figures for the total number of forces in Afghanistan and Iraq as far less than the real numbers.

A system run on cost overruns

Cost overruns and war profiteering are hardly limited to Iraq, Afghanistan or active theaters of war. They are the very fabric of the U.S. war machine and the underpinning of the U.S. economy.

When President Obama signed the largest military budget in history Oct. 28 he stated: “The Government Accountability Office, the GAO, has looked into 96 major defense projects from the last year, and found cost overruns that totaled $296 billion.” This was on a total 2009 military budget of $651 billion. So almost half of the billions of dollars handed over to military corporations are cost overruns!

This is at a time when millions of workers face long-term systemic unemployment and massive foreclosures.

The wars in Afghanistan and Iraq have now cost more than $1 trillion. The feeble health care reform bill that squeaked through the House, and might not survive Senate revisions next year, is scheduled to cost $1.1 trillion over a 10-year period.

The bloated, increasingly dysfunctional, for-profit U.S. military machine is unable to solve the problems or rebuild the infrastructure in Afghanistan or Iraq, and it is unable to rebuild the crumbling infrastructure in the U.S. It is unable to meet the needs of people anywhere.

It is absorbing the greatest share of the planet’s resources and a majority of the U.S. national budget. This unsustainable combination will sooner or later give rise to new resistance here and around the world.




Jeudi, 03 Décembre 2009 08:41 Imprimer

Pourquoi l'occupation américaine ne peut transformer l'Afghanistan ou l'Irak

Sara Flounders

Quelle est la puissance précise de l'armée américaine, aujourd'hui ? ?Pourquoi la machine militaire la plus importante de la planète est-elle incapable de venir à bout de la résistance en Afghanistan, dans une guerre qui a duré plus longtemps que la Seconde Guerre mondiale ou la guerre du Vietnam ?

L'Afghanistan fait aujourd'hui partie des pays les plus pauvres et les plus sous-développés du monde. Son taux d'espérance de vie et son taux d'alphabétisation sont parmi les plus bas, et son taux de mortalité infantile parmi les plus élevés.

Le budget total de l'armée américaine a plus que doublé depuis le début de cette guerre en 2001 pour atteindre les 680 milliards de dollars entérinés par le président Barack Obama le 28 octobre dernier. Le budget militaire américain actuel est plus élevé que la somme de tous les autres budgets militaires de la planète. L'arsenal américain possède également les armes les plus en avance sur le plan technologique.

Les fonds et le nombre d'hommes impliqués en Afghanistan ont augmenté chaque année de l'occupation. En janvier dernier, 20.000 hommes y ont été envoyés et, aujourd'hui, Obama est soumis à des pressions énormes pour y envoyer 40.000 hommes de plus. Mais ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Il y a actuellement en Afghanistan plus de trois plus d'hommes, si on compte les forces de l'Otan et les « entrepreneurs » militaires.

Il y a huit ans, après des bombardements aériens massifs préalables suivis d'une invasion rapide et très violente, tous les médias assuraient avec exubérance que l'Afghanistan allait connaître une transformation et une modernisation rapides et que les femmes afghanes allaient enfin être libérées. Le tout était suivi de promesses d'écoles, de routes, d'eau potable, de soins de santé, d'industries prospères et de « démocratie » à l'occidentale.

Un nouveau plan Marshall était d'ailleurs fin prêt

?Si rien de tout cela ne s'est produit, est-ce seulement dû à un mépris raciste et grossier ?

En Irak, comment les conditions auraient-elles pu être pires que durant les treize années de sanctions draconiennes imposées par les États-Unis au lendemain de la guerre de 1991 ? Aujourd'hui, plus d'un tiers de la population a perdu la vie, est handicapée, a fait l'objet de déplacements internes et/ou a dû se réfugier à l'étranger. La peur, la violence contre les femmes et les divisions sectaires ont démantelé l'édifice social.

Naguère, au Pakistan, un important courant s'est tourné vers l'Occident pour obtenir des fonds de développement et réaliser la modernisation du pays. Aujourd'hui, ce même courant est aigri et offusqué par l'arrogance américaine, après que des provinces entières ont été évacuées par la force et bombardées au cours de la traque organisée contre al-Qaïda.

Les forces américaines d'occupation sont en fait incapables de mener à bien un programme de modernisation. Les seules choses dont elles sont capables, ce sont les destructions massives, les insultes et les atrocités au quotidien. C'est pourquoi les États-Unis sont incapables de gagner « les cœurs et les esprits » en Afghanistan ou en Irak. Et c'est également ce qui alimente la résistance.

Aujourd'hui, tout effort visant à prouver le pouvoir et la puissance de l'impérialisme américain ne fait que confirmer, au contraire, que la faiblesse croissante et l'incapacité systémique de ce même impérialisme américaine d'être un moteur de progrès humain à quelque niveau que ce soit.

?Collaborateurs et seigneurs de guerre

?Une partie du problème de l'impérialisme américain réside dans le fait que ses forces d'occupation sont forcées de s'appuyer sur les plus corrompus, vénaux et discrédités des seigneurs de guerre. Le seul intérêt de ces brutes militaires rivales consiste à empocher les fonds de la reconstruction et du développement. On s'est rendu compte que des ministères entiers du gouvernement, leurs fiches de paie et leurs projets n'étaient rien d'autre qu'une fiction absolue. Des milliards destinés aux écoles, à la distribution d'eau et à la construction de routes sont allés directement dans les poches de ces seigneurs de guerre. Des centaines d'articles d'information, d'enquêtes du Congrès et de rapports des Nations unies ont précisément dénoncé l'omniprésence et l'ampleur de toute cette corruption.

En Irak, l'occupation américaine dépend du même type de collaborateurs corrompus. Par exemple, une enquête de la BBC a rapporté que 23 milliards de dollars avaient été perdus, volés ou « improprement justifiés » en Irak. Une injonction de silence venue des États-Unis a empêché toute discussion de ces allégations. (10 juin 2008)

Une partie de l'enquête de la BBC à propos des milliards volatilisés se concentra sur Hazem Shalaan, qui vivait à Londres jusqu'au moment où il fut nommé ministre de la Défense, en 2004. On estime que lui et ses associés ont siphonné quelque 1,2 milliard de dollars du ministère irakien de la Défense.

Mais le problème le plus grave et le plus ardu n'est pas la corruption des collaborateurs locaux. C'est la structure même du Pentagone et du gouvernement américain. C'est un problème que ni Stanley McChrystal, le général commandant en Afghanistan, ni le président Obama ne pourront améliorer ou résoudre.

C'est le problème d'une armée impérialiste mise sur pied uniquement pour servir le système du profit.

Le complexe industriel de la sous-traitance

Toute l'aide américaine, qu'il s'agisse de l'aide militaire ou de l'aide étiquetée comme « civile », est acheminée via des milliers et des milliers d'entreprises, de sous-traitants et de sous-sous-traitants. Aucun de ces intermédiaires d'entreprise ne s'intéresse le moins du monde au développement de l'Afghanistan ou de l'Irak. Leur seul but immédiat est de décrocher un important superprofit le plus rapidement possible, avec autant de rabiot et de double facturation que possible. Moyennant commission, ils fourniront n'importe quoi, des tueurs à gages comme les mercenaires de Blackwater, du personnel de restaurant, des mécaniciens, du personnel d'entretien ou des routiers sur longues distances.

Cette main-d'œuvre louée se charge également de boulots qui n'ont rien à voir avec la maintenance de l'occupation. Tous les projets de reconstruction et d'infrastructure : épuration des eaux, entretien des égouts, production d'électricité, cliniques médicales et dégagement des routes sont autant de parts du gâteau. Que ces projets voient jamais le jour ou qu'ils fonctionnent correctement ne présente que peu d'intérêt et n'est pour ainsi dire pas une source de préoccupation. Remplir la caisse est la seule chose qui compte.

Dans les guerres du passé, la plupart de ces boulots étaient effectués par les militaires américains. La proportion entre les contractuels et les troupes en service actif est aujourd'hui supérieure à 1 pour 1, tant en Afghanistan qu'en Irak. Pendant la guerre du Vietnam, elle n'était encore que de 1 pour 6.

En 2007, l'Associated Press a calculé que, rien que pour l'Irak, ils étaient 180.000 : « Les États-Unis ont constitué en Irak une imposante armée industrielle supérieure en nombre à leurs forces combattantes en uniforme et assumant des responsabilités tellement étendues que l'armée pourrait n'être plus en mesure d'opérer sans la présence de ses partenaires du secteur privé. » (20 septembre 2007). Leur nombre total était même passé à 190.000 en août 2008 (Christian Science Monitor, 18 août 2008).

Certaines sociétés sont devenues des profiteuses de guerre, comme Halliburton, Bechtel et Blackwater en Irak et Louis Berger Group, BearingPoint et DynCorp International en Afghanistan.

Chaque parcelle d'occupation américaine a fait l'objet d'un contrat au taux de profit le plus juteux, sans coordination, sans contrôle, sans offres publiques. Une infime partie seulement des fournitures désespérément indispensables est arrivée à la population désorganisée et traumatisée par l'occupation.

Il y a aujourd'hui tellement de cochons autour de l'auge que les forces américaines ne sont plus capables de mener à bien les objectifs politiques plus larges de la classe dirigeante américaine. L'armée américaine a même perdu le compte, à plusieurs dizaines de milliers près, du nombre des entreprises et elle ne sait même plus où elles sont ni ce qu'elles font - hormis se faire payer.

On a perdu le compte des mercenaires

?Le danger d'un empire qui finir par dépendre de troupes de mercenaires pour mener ses guerres impopulaires avait déjà été compris à l'époque de l'Empire romain, voici deux mille ans.

Une commission bipartite du Congrès sur l'entreprenariat en temps de guerre a été instaurée l'an dernier pour examiner les contrats gouvernementaux concernant les opérations de reconstruction, de logistique et de sécurité et pour recommander des réformes. Toutefois, Michael Thibault, vice-président de la commission, a expliqué lors d'une audition, le 2 novembre, qu'« il n'y a pas une seule source permettant une image claire, concrète et exacte du nombre d'entreprises sous contrat, ni des emplacements, des contrats ou des prix. » (AFP, 2 novembre 2009)

« [Thibault a déclaré] qu'en avril, le Pentagone avait compté environ 160.000 contractants, principalement en Irak, en Afghanistan et au Koweït, mais le commandement central en avait déjà noté plus de 242.000 un mois plus tôt. » Cette différence sidérante de 82.000 contractants s'appuyait sur des comptages absolument différents en Afghanistan. La seule différence est bien plus grande que le nombre de soldats américains - 60.000 - en Afghanistan.

Thibault de poursuivre : « Comment les contractants peuvent-ils être correctement gérés si nous ne sommes pas sûrs de leur nombre, de l'endroit où ils se trouvent et de ce qu'ils font ? » L'absence d'un compte exact « est une invitation au gaspillage, à la fraude et à l'abus de l'argent du contribuable et compromet gravement la réalisation des objectifs de la mission américaine. » Le Federal Times du 2 novembre rapportait que Thibault avait également posé une question : « Comment pouvons-nous garantir aux contribuables qu'ils ne paient pas des travailleurs 'fantômes' ? »

C'est devenu une contradiction insolvable dans les guerres impérialistes pour le profit, les marchés et la domination impérialiste. Les universitaires bourgeois, commissions de spécialistes et autres analystes politiques sont de plus en plus préoccupés.

Thomas Friedman, chroniqueur syndiqué multimillionnaire profondément soucieux des intérêts à long terme de l'impérialisme américain, décrit les dangers « à Washington d'un complexe industriel de la sous-traitance qui a un intérêt économique dans les expéditions à l'étranger » (New York Times, 3 novembre 2009)

La guerre de l'outsourcing

Friedman se hâte d'expliquer qu'il n'a rien contre l'outsourcing. Son inquiétude porte sur le modèle des tâches clés de cet outsourcing, avec l'argent et les instructions qui changent de mains à plusieurs reprises dans un pays étranger. Cela ne fait qu'inciter aux abus et à la corruption. Friedman cite Allison Stanger, auteur de « One Nation Under Contract : The Outsourcing of American Power and the Future of Foreign Policy » (Une nation sous contrat : L'outsourcing du pouvoir américain et l'avenir de la politique étrangère), qui lui a dit : « Les contractants assurent la sécurité du personnel clé et des sites importants, y compris nos ambassades ; ils nourrissent, habillent et logent nos soldats ; entraînent les unités de l'armée et de la police ; et ils supervisent même d'autres contractants. Sans une force multinationale de sous-traitants pour boucher le trou, nous aurions besoin de toute une levée de troupes pour assurer ces interventions jumelées. »

Voilà la véritable raison des forces militaire sous contrat. Le Pentagone n'a pas assez de soldats et il n'a pas assez de collaborateurs ou d'« alliés » pour mener ses guerres.

Selon le Service de recherche du Congrès, les sous-traitants, en 2009, représentent 48 pour cent des forces du département de la Défense en Irak et 57 pour cent en Afghanistan. Des milliers d'autres sous-traitants travaillent pour des institutions « caritatives » financées par les sociétés ainsi que pour de nombreuses institutions gouvernementales. Le département d'État américain (= ministère des Affaires étrangères, NdT) et USAID (Agence américaine pour le développement international) recourent même à ces sous-traitants de façon plus extensive encore : 80 pour cent du budget du département d'État part dans la sous-traitance et les subventions.

Les sous-traitants sont censés ne pas combattre des militaires, bien qu'à peu près 1800 de ces contractants aient été tués depuis le 11 septembre. (U.S. News & World Report, 30 octobre 2009). Bien sûr, il n'y a pas d'archives sur les milliers d'Afghans et d'Irakiens tués en travaillant pour les sociétés de sous-traitance américaines, ni des milliers de personnes d'autres nations opprimées qui sont acheminées dans les pays en guerre pour effectuer les besognes les plus dangereuses.

Travailler avec des sous-traitants est une façon de masquer non seulement les pertes humaines, mais aussi l'importance numérique réelle des forces américaines d'occupation. Par crainte d'une opposition aux États-Unis mêmes, le gouvernement fait intentionnellement état d'un nombre de militaires en Afghanistan et en Irak nettement inférieur aux chiffres réels.

?Un système géré sur les dépassements de coûts

Les dépassements de coûts et l'enrichissement sur le dos de la guerre ne se limitent pas vraiment à l'Irak, à l'Afghanistan ou à d'autres théâtres de guerre. Ils constituent l'édifice même de la machine de guerre américaine et la base de l'économie américaine.

Lorsque le président Obama a entériné le plus gros budget militaire de l'histoire, le 28 octobre dernier, il a déclaré : « Le Bureau gouvernemental des comptes (GAO - Government Accountability Office), a examiné 96 importants projets de défense de l'an dernier et a découvert que les dépassements totalisaient 296 milliards de dollars. » Ceci, sur un budget militaire total, pour 2009, de 651 milliards de dollars. Ainsi, près de la moitié des milliards de dollars accordés aux firmes militaires sont des dépassements de frais !

Et ce, à une époque où des millions de travailleurs sont confrontés à un chômage systémique à long terme et à des saisies massives de leurs maisons.

Les guerres en Afghanistan et en Iraq ont coûté jusqu'à présent plus de 1000 milliards de dollars. Il est prévu que la minable loi sur la réforme des soins de santé, qui a déclenché un beau tollé à la Chambre et pourrait bien ne pas survivre aux révisions du Sénat l'an prochain, va coûter 1.100 milliards de dollars, étalés sur une période de dix ans.

La machine militaire américaine, surdimensionnée, de plus en plus sujette à des dysfonctionnements et axée sur le profit est incapable de résoudre les problèmes ou de reconstruire les infrastructures en ruine de l'Afghanistan ou de l'Irak, tout comme elle est incapable de reconstruire les infrastructures en ruines des États-Unis. Elle est incapable de répondre aux besoins des gens, où que ce soit.

Elle absorbe la plus grosse part des ressources de la planète et plus de la moitié du budget national américain. Cette combinaison intenable va donner naissance, tôt ou tard, à une nouvelle résistance ici et dans le monde entier.

Traduit par Jean-Marie Flémal pour Investig'Action

http://www.michelcollon.info

Loading



AddThis Feed Button

UPDATED Dec 3, 2009 3:36 PM
International Action Center • Solidarity Center • 147 W. 24th St., FL 2 • New York, NY 10011
Phone 212.633.6646 • E-mail: iacenter@iacenter.org • En Español: iac-cai@iacenter.org